• TERRE …

    TERRE …

  • CHACUN Y A SA ROUTE

    CHACUN Y A SA ROUTE

  • CHACUN Y A SON CHEMIN

    CHACUN Y A SON CHEMIN

  • DIVERSITE EST LE MONDE

    DIVERSITE EST LE MONDE

  • DIVERSITE EST L’HUMAIN

    DIVERSITE EST L’HUMAIN

  • N’OUBLIONS PAS D’OU NOUS VENONS

    N’OUBLIONS PAS D’OU NOUS VENONS

  • ET TOUTES VIES RESPECTONS

    ET TOUTES VIES RESPECTONS

  • Catégories

  • VOYAGER

    ____________________________________________________

    "QUE L'ON RÊVE OU

    QUE L'ON S’ÉVADE

    EN IMAGINATION,

    LE VOYAGE EST

    ACCESSIBLE À TOUS."
    _____________________________________________________

  • DEPART

    ____________________________________________________

    "UN DÉPART

    DE 1000 LIEUES

    COMMENCE TOUJOURS

    PAR UN

    PREMIER PAS."

    ____________________________________________________

  • DECOUVERTE

    ___________________________________________________

    "LE VÉRITABLE VOYAGE

    DE DÉCOUVERTE

    NE CONSISTE PAS

    À CHERCHER

    DE NOUVEAUX PAYSAGES

    MAIS À AVOIR

    DE NOUVEAUX YEUX."

    ______________________________________________________

  • Pages

PEUPLES DU MONDE

Posté par tairrastrange le 11 septembre 2018

Image de prévisualisation YouTube

|

Photos Jimmy Nelson

|

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

REGARD surt les SHUARS

Posté par tairrastrange le 28 juillet 2018

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube


 

shuar6.jpg    shuar43.jpg

 |

- Les Shuars sont à peu près 40 000.

|

shuarp.jpg

|

Les Shuars vivent dans les provinces de Morona, Santiago,

Zamre, Chinchipe et Pastaza

en Équateur

|

shuar3.gif

|

- Shuar veut dire « gens » dans leur langage.

|

shuarchief.jpg

|

Ils ont un système économique basé sur leurs besoins

et non sur la possession à outrance.

  Ils ne prélèvent donc de la Nature

que ce qui est nécessaire pour faire vivre leurs familles.

|

shuar71.jpg

|

Les hommes Shuars portent des jupes en coton colorée.

|

shuar81.jpg

|

Les femmes Shuars portent des tuniques colorées

qu’elles attachent à l’épaule,

et qu’elles agrémentent d’une ceinture ou d’un cordon.

|

shuar80.jpg  shuar2.gif

shuardsmall.jpg  shuarf.jpg

|

Les Shuars aiment aussi porter des bijoux et des couronnes de plumes.

|

shuar50.jpg

|

Ils croient en une évolution en 3 étapes qui leur donnera 3 âmes et 3 esprits.

|

C’est à partir de 6 ans que le jeune Shuar  commence à chercher l’esprit d’Arutam

en faisant des pélerinages dans des lieux sacrés,

comme les cascades,

et en suivant des diètes de plusieurs jours.

Plus tard il utilisera des « thés hallucinogènes » pour acquérir les autres esprits.

|

shuarshaman.jpg

|

Le shaman s’appelle Uwishin.

Son rôle est très important car il permet la cohésion du groupe, 

il transmet les savoirs

et officie en temps qu’homme médecine.

|

Chez les Shuars, la maladie est juste un déséquilibre entre l’homme et la Nature

dont il fait partie.

Elle ne survient que lorsque l’individu est en désaccord avec lui-même,

les autres ou le monde.

Guérir c’est juste rétablir l’équilibre.

|

shuarhome.jpg shuarhome1.jpg

|

La maison Shuar est une grande hutte en bois et en feuilles de palmiers.

Elle est divisée en deux sections,

un côté réservé aux hommes,

un côté réservé aux femmes.

Le côté homme s’appelle  Tankamash.

C’est l’endroit où sont reçus les visiteurs à qui on offre la Chicha,

une boissson fermentée au manioc.

Le côté femme s’appelle l’Ekent.

C’est l’endroit où sont faites toutes les tâches domestiques, dont la cuisine.

Cet endroit est strictement interdit aux étrangers.

|

Dans la société Shuars, la réciprocité est au centre de leur vie sociale.

Chacun reçoit l’aide dont il a besoin.

                                                                          shuarjoven.jpg   shuara.jpg

 shuar40.jpg  shuar41.jpg

|

Les hommes s’occupent de la pêche, de la cueillette en forêt,

et de la chasse

qu’ils pratiquent à la sarbacane et aux dards de curare.

|

shuar44.jpg  shuar14.jpg  shuar12.jpg

shuarbsmall.jpg  shuar13.jpg  schuarpaint.jpg

|

Les femmes s’occupent de la maison, de la culture du jardin et de l’élevage. 

Dans leur jardin elles sont responsables des plantes nécessaires au repas

(comme le manioc),

mais aussi de celles nécessaires au soins et à la cosmétique

(comme l’anato ou le génipa) 

et de celles nécessaires à la médecine.

Elles s’occupent aussi du tissage, de la poterie, du tressage des sacs.

|

Particularités Shuars : les tsantzas.

Les tsantzas sont les têtes réduites des ennemis

qui sont portées comme trophée par le vainqueur.

|

1head.jpg  shuar9.jpg  shuar8.jpg

|

rituel Tsantza trouvé sur http://www.kanada.net/ecuador/shuar_1_fr.html

« Après avoir tué un ennemi, le guerrier lui coupe la tête et va se cacher dans la forêt

où il va jeûner 8 jours.

Ensuite, il enlève la peau de la tête et la met à bouillir dans de l’eau

puis la sèche lentement sur des cendres chaudes.

Ensuite il met des cailloux chauds dedans, ferme le cou et secoue la tête.

Ensuite il peint le visage et reforme la peau jusqu’à ce qu’elle reprenne ses traits naturels. »

Image de prévisualisation YouTube

|

sh1.gif  shuar47.jpg

shuar1a.jpg  shuar10.jpg shuar1.gif

shuar4.jpg

*Image de prévisualisation YouTube

Publié dans SHUARS | Pas de Commentaire »

REGARD sur les MAONANS

Posté par tairrastrange le 27 juillet 2018

maonan.jpg

|

Les Maonans sont à peu près  72 400 personnes.

Ils  vivent dans la partie nord de la région autonome zhuang

du Guangxi en Chine.

|

Ils sont surtout agriculteurs

mais sont réputés pour être d’excellents éleveurs de bovins.

|

maonan2.jpg

|

Ils pratiquent le tressage du bambou, 

la fabrication d’articles en bois et la fonte du fer.

|

 Les maisons ont habituellement deux étages, des murs en terre et un toit en tuiles.

L’étage sert d’habitation et le rez-de-chaussée est occupé par les animaux.

|

Ils mangent surtout du riz mais aussi du millet, des patates et des citrouilles.

Ils sont très friands de tabac, de thé et de piments.

|

 Les Maonans sont réputés pour leur politesse et leur hospitalité.

|

Le langage maonan (aussi appelé ai nan)

est une langue parlée à 6 tons de la famille Tai-Kadai.
|
Les Maonan ne possèdent aucun système scriptural.
|

Image de prévisualisation YouTube

 

*

Publié dans MAONANS | Pas de Commentaire »

REGARD sur les IBALOIS

Posté par tairrastrange le 26 juillet 2018

ibaloi.jpg

|

Les Ibalois vivent dans les Philippines,

la province de Benguet au nord de Manille.

|

Ce sont surtout des cultivateurs,

mais ils pratiquent aussi la chasse et l’élévage.

|

REGARD sur les  IBALOIS dans IBALOIS ibaloi2-300x171

|

Ils cultivent les champs en terrasse.

|

ibaloi9.jpg

ibaloi4.jpg

 

ibaloi21-225x300 dans IBALOIS

ibaloi1.jpg

ibalois-300x198

|

ibalois3-300x225  ibaloi71

|

Le Ibalois pratiquent traditionnellement la momification.

Pour cela ils fument le cadavre pendant des mois

pour complètement déshydrater le corps mort.

Ils conservent toutes les parties du corps,

y compris les tatouages ​​et les organes internes.

Ils enveloppent  ensuite soigneusement le corps

et le placent dans une caverne sacrée pour eux.

|

 ibaloi7.jpg

ibaloi8.jpg

|

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans IBALOIS | Pas de Commentaire »

REGARD sur les MENTAWAÏS

Posté par tairrastrange le 25 juillet 2018

mentawai20.jpg   mentawai4.jpg

|

Les Mentawaïs vivent dans l’île de Siberut

à 15 km des côtes de Sumatra.

|

Ils sont à peu près 45 000.

|

Ce sont des chasseurs-pêcheurs-cueilleurs.

Ils élèvent aussi des porcs et des poulets.

Ils sont très friands de la pulpe de l’arbre « sagout »,

et de « tamara » (larve de coléoptère) qui niche dedans.

|

Ils sont aussi appelés « hommes-fleurs » car ils adorent se parer de fleurs.

|

mentawai3.jpg  mentawai1.jpg

|

mentawai11.jpg

mentawai22.jpg   mentawai23.jpg

|

Les Mentawaïs utilisent des flèches empoisonnées

pour chasser le sanglier ou le singe.

|

Avant chaque départ pour la chasse,

les hommes demandent toujours aux Esprits de la forêt

de leur permettre de tuer un animal

et de leur porter  chance.

C’est le chaman (teoreun) qui pratique la cérémonie

et prépare le poison pour les flèches.

|

La pêche est plutôt réservée aux femmes et aux enfants.

|

mentawai8.jpg

|

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

mentawai7.jpg

|

Les mentawaïs sont de gros consommateurs de fruits.

Ce sont les hommes qui sont chargés de monter les chercher dans les arbres,

haut de 20 mètres parfois.

|

mentawai5.jpg

mentawa2.jpg

|

mentawai24.jpg     mentawai25.jpg

|

Les tatouages

Les Mentawaïs se tatouent tout le corps.

Leurs dessins symbolisent souvent leur croyance animiste.

Ils indiquent aussi à l’âme qu’il est inutile de vouloir  quitter le corps 

puisque celui-ci est tout en beauté.

|

Les tatouages  permettent aussi de savoir

à quel clan appartient chaque individu

puisque chaque famille à un symbole qui lui est propre ( le soleil, la lune…).

|

Les tatouages se font évidemment petit à petit tout au long de la vie.

|

Hommes et femmes se font tatouer de la même façon

sauf que les femmes ne se tatouent ni les bras ni les cuisses.

Les dessins sont faits à l’aide d’un « patit » (petit pinceau avec une pointe de laiton)

l’encre est constitué de noir de fumée (récupéré sur les marmites)

et de jus de canne à sucre.

Les motifs sont d’abord dessinés sans encre

puis, si les anciens sont d’accord sur les dessins,

le tatoueur les trace avec le « patit »

auquel il donne de petits coups secs pour que l’aiguille pique la peau

et la marque avec l’encre.

|

mentawaihouse.jpg

mentawai03.jpg

|

Chaque famille Mentawaï a une « uma », une petite maison individuelle.

Tous les habitants se retrouvent aussi dans une maison collective

pour y célébrer le culte de leurs ancêtres, prier etc…

C’est aussi là que les plus petits sont initiés à la vie en forêt.

*

Les Mentawaïs n’ont pas de chef,

chacun sait ce qu’il a à faire.

|

mentawai02.jpg

mentawai01.jpg

|

mentawai30.jpg

|

Tradition Mentawaï

|

Fumer est chez eux une tradition.

Leurs cigarettes sont des plus naturelles

puisqu’elles sont fabriquées avec des feuilles de bananier séchées.

Tous, sont très amateurs de ces cigarettes.

|

mentawai2.jpg  mentawai12.jpg

*

Publié dans MENTAWAIS | Pas de Commentaire »

REGARD sur les SAAMIS

Posté par tairrastrange le 24 juillet 2018

saamiparlement.gif

|

Le cercle du drapeau représente le soleil (rouge) et la lune (bleue).

Le drapeau a les couleurs des Sámit: rouge, vert, jaune et bleu.

|

saami1.jpg

|

  les Saamis,  ou Sámit,  sont disséminés  sur quatre états :

Norvège, Suède, Finlande et Russie.

|

Autrefois appelés  « lapons »,

ce nom  a été rejeté au profit de saami ou samit,

car il voulait dire porteur de haillons en suédois.

|

Ils sont à peu près 70 000 à 100.000

dont 85 000 sont nomades.

|

Leur terre ancestrale s’appelle le Sapmi.

|

REGARD sur les SAAMIS dans SAAMI sami4-300x237   saami-300x200 dans SAAMI

Ce sont des pêcheurs

et des éleveurs,  de rennes surtout.

|

saami.jpg

|

saami2-300x198 saami4-300x200

|

Les Samis  nomades vivent sous la tente en été

et dans des maisons de bois  pendant la saison froide.

|

 MUSIQUE ET CHANT SAAMI

|

Les instruments traditionnels sont la flûte « fadno » et des tambours,

leur chant traditionnel s’appelle « Joik » (yoik)

Il se chante acappella et a la particularité d’émettre de graves sons de gorge.

|

Image de prévisualisation YouTube

|

Image de prévisualisation YouTube

 

|

Publié dans SAAMI | Pas de Commentaire »

REGARD SUR LES KAMAYURA

Posté par tairrastrange le 23 juillet 2018


REGARD SUR LES KAMAYURA dans KAMAYURAS kamayura1-232x300   kamayura dans KAMAYURAS

|

Les Kamayurás sont un peuple du Brésil.

Ils vivent  dans deux villages du  Parque Indigena do Xingu 

dans l’État du Mato grosso.

|

Leur nom provient, via le portuguais,  d’un plateau pour conserver la viande.

|

Ils parlent le kamayura.

|

En 2004, ils étaient 355 individus.

|

kamayura3-300x225
|

Description des villages

|

Les maisons  Kamayurá sont sombres et ont un toit rond recouvert d’herbe.

|

kamayura6-196x300

|

Ils ont une  « Maison de la flûte » qui sert de lieu de rencontre pour les hommes

Là, les hommes se rassemblent pour jouer la flûte,

 et pour discuter des choses du village.

Jouer de la flûte est réservé aux hommes.

|

La Kamayurá cultivent également des jardins autour de leur village

pour leur production alimentaire.

|

kamayura4-300x225
|

Histoire

|

Le Kamayurá vivent depuis environ 1900 dans le sud de la Ipavu du lac.

Les anciens disent que leurs ancêtres sont venus du Nord.

Ils ont émigré parce qu’ils y avaient  des conflits avec les tribus  Suya et Yudja.

C’est seulement en 1946 qu’ils ont été en contact avec des explorateurs européens.

|

kamayura5-300x184
|

Organisation sociale

|

La société Kamayurá se compose de plusieurs villages,

kamayura-dance-300x226

Les sexes sont séparés peu de temps après la puberté.

Les garçons apprennent l’art de la chasse avec l’arc et la flèche.

Ils apprennent à travailler dur et à tresser des paniers.

Ils doivent aussi  lutter quotidiennement contre l’autre

afin de renforcer leurs muscles.

|

Les filles apprennent à tresser des nattes et à gérer le budget.

Ce sont elles qui ont la responsabilité des enfants.

|

Après quelques années, ils sont prêts à se marier.

Ils obtiennent alors  un nouveau nom,

et leurs oreilles sont percées.

|

Les deux sexes apprennent à danser et à prendre soin de la famille.

|

kamyura8-300x193
|

Habitudes alimentaires

|

Leur principale source de nourriture  sont des poissons, 

une sorte de gruau et des bananes.

Leur assaisonnement préféré est le poivre.

 Ils recueillent également des baies sauvages et du miel.

et  chassent des animaux dans la forêt.

|

Image de prévisualisation YouTube

|

Image de prévisualisation YouTube

|

Image de prévisualisation YouTube

|

Publié dans KAMAYURAS | Pas de Commentaire »

REGARD SUR LES HUAORANI

Posté par tairrastrange le 22 juillet 2018

Image de prévisualisation YouTube

|

Image de prévisualisation YouTube

|

Image de prévisualisation YouTube

|

01

|

Les Huaoranis vivent en Amazonie équatorienne,

entre le rio Napo et le rio Curaray.

Leur population est de plus ou moins 2000 individus,

qui sont répartis en plusieurs communautés,

notamment les Tagaeri et les Taromenane,

qui, eux, ne sont plus que quelques dizaines d’individus.

Certaines de ces tribus vivent encore de la chasse et de la cueillette.

|

L’origine des Huaoranis est encore inconnue.

|

Leur langue (Huao Tiriro) ne présente pas de similitude

avec celle des autres populations de la région

et aucun lien n’a pu être trouvé avec d’autres groupes linguistiques.

On pense qu’ils ont migré depuis une époque indéterminée de régions

plus à l’est du bassin amazonien.

|

Publié dans HUAORANI | Pas de Commentaire »

REGARD SUR LES NENETSES

Posté par tairrastrange le 21 juillet 2018

9|

Nenets signifie « extrémité du monde ».

|

Les Nénètses  sont un peuple autochtone samoyède de Russie 

vivant à proximité du cercle polaire.

Ils constituent la plus importante des 26 ethnies de la Sibérie.

Leur activité traditionnelle est l’élevage de rennes ainsi que la pêche.

Très nomades, leurs campements restent rarement une semaine au même endroit.

Géographiquement, ils occupent principalement la Péninsule de Iamal.

On les retrouverait aussi dans la toundra de Toukharde (péninsule de Taïmyr) 

(source wikipedia)

|

Image de prévisualisation YouTube

|

Image de prévisualisation YouTube

|

REGARD SUR LES NENETSES dans NENETSE nenetses1

nenets1

Les Nénètses seraient originaires des Monts Saïan de la Sibérie  occidentale.

Ce peuple se serait mélangé aux aborigènes qui, selon des récits traditionnels,

vivaient dans des abris souterrains.

Au Ier siècle de notre ère, ils seraient remontés vers le nord jusqu’à l’Océan Arctique

sous la pression des peuples turcophones.

|

« Les historiens s’accordent sur le fait que 3000 ans avant Jésus-Christ ,

les nénètses se sont détachés du groupe de population de langue finno-ougrienne

pour migrer vers le nord puis vers l’est

Ils venaient de la vallée du Gobi ,

après avoir traversé les montagnes de l’Altaï et les monts Saïans ,

comme l’ont fait les enetses, les saïan-ostiakses et les ketses

Ils se sont ainsi intégrés aux populations ienisseïennes , des inuits de l’Altaï. »

(https://destinationterre2.wordpress.com)

|

nenet

La religion des Nénètses

est basée sur un système de croyances chamaniques et animistes.

Ils célèbrent la Terre et ses ressources.

Noum est leur  dieu du ciel et des grandes tempêtes.

Le chamane est appelé un tadibya,

c’est le médiateur entre le monde des esprits et le monde terrestre.

|

nenet3

La structure sociale  est de type clanique,

chacun ayant ses propres zones de pâturage, de chasse et de pêche. 

|

Les Nénètses se divisent en trois groupes distincts basés sur leur économie :

  • les Nénètses de la Toundra

  • les Nénètses de la forêt  :  les Khandeyar 

  • les Nénètses Kominisés  : les Yaran

|

nenets4

Alimentation

Les Nénètses mangent surtout de la viande  de rennes

(crue, gelée, bouillie ou grillée).

 De nos jours, au contact de la civilisation, les Nénètses achètent des produits de

première nécessité au village (sucre, sel, pain, alcool , beurre, pâtes ).

Selon les saisons, ils mangent également des baies, des champignons, 

du poisson, du caviar, des oeufs d’oies.

|

nenetses2-300x201 dans NENETSE

Habitation

L’habitation traditionnelle des Nénètses est le Tchoum  :

une tente conique en peau de renne à l’image du tipi amérindien.

Le sol est recouvert d’un plancher et de peaux de rennes.

On éclaire l’intérieur avec une lampe à pétrole. 

|

nenets5

Outils et vêtements

Les peaux de rennes permettent de confectionner vêtements et chaussures chaudes

  ainsi que des tentes.

Avec le cuir,  ils fabriquent des lassos, des harnais et des chaussures.

Avec le bois, ils fabriquent outils et ustensiles divers. 

En hiver, ils sont habillés d’une longue tunique en peau de renne

avec mitaines et capuchon intégré :   la malitsa.  

Chacun possède  deux ou trois paires de longues cuissardes en peau de rennes :

les toboguis.

|

Image de prévisualisation YouTube

(Rendez-vous en Terre inconnue)

|

Publié dans NENETSE | Pas de Commentaire »

INDIENS AMAZONIE

Posté par tairrastrange le 20 juillet 2018

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans z-DIVERS | Pas de Commentaire »

1...56789...12
 

esaiennes-en-vadrouille |
Moaa |
Massesta In The EIRE |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | LES GRANDS ESPACES
| La Reunion
| Ma vie en Russie