• TERRE …

    TERRE …

  • CHACUN Y A SA ROUTE

    CHACUN Y A SA ROUTE

  • CHACUN Y A SON CHEMIN

    CHACUN Y A SON CHEMIN

  • DIVERSITE EST LE MONDE

    DIVERSITE EST LE MONDE

  • DIVERSITE EST L’HUMAIN

    DIVERSITE EST L’HUMAIN

  • N’OUBLIONS PAS D’OU NOUS VENONS

    N’OUBLIONS PAS D’OU NOUS VENONS

  • ET TOUTES VIES RESPECTONS

    ET TOUTES VIES RESPECTONS

  • Catégories

  • VOYAGER

    ____________________________________________________

    "QUE L'ON RÊVE OU

    QUE L'ON S’ÉVADE

    EN IMAGINATION,

    LE VOYAGE EST

    ACCESSIBLE À TOUS."
    _____________________________________________________

  • DEPART

    ____________________________________________________

    "UN DÉPART

    DE 1000 LIEUES

    COMMENCE TOUJOURS

    PAR UN

    PREMIER PAS."

    ____________________________________________________

  • DECOUVERTE

    ___________________________________________________

    "LE VÉRITABLE VOYAGE

    DE DÉCOUVERTE

    NE CONSISTE PAS

    À CHERCHER

    DE NOUVEAUX PAYSAGES

    MAIS À AVOIR

    DE NOUVEAUX YEUX."

    ______________________________________________________

  • Pages

REGARD sur les NUKAK

Posté par tairrastrange le 23 février 2015

nukak2.jpg

|

Les Nukak

(ce qui veut dire « gens » dans leur langage)

se reconnaissent au fait qu’ils s’épilent une partie de leur cheveux

et se tracent des lignes rouges sur le corps.

|

Ils vivent en Colombie,

dans une région située entre les bassins du Guaviare et de l’Inirida.

|

01

Les Nukak font partie d’un des six sous-groupes du peuple Maku.

Ils n’ont été découvert qu’en 1988.

|

Les femmes vivaient quasi nues, les hommes portaient un cache-sexe.

Leur population est estimé à moins de 400 personnes.

|

REGARD sur les NUKAK dans NUKAK nukaksurvival

Les Nukak sont des chasseurs-cueilleurs-nomades.

|

nukak dans NUKAK

Quand ils doivent s’installer quelque part, ils choisissent toujours un « bord de rivière ».

Comme ils ne restent jamais plus de 5 à 6 jours au même endroit,

ils ne possèdent pas de bien matériels lourds et encombrants.

Leurs possessions tiennent dans un sac de palme qu’ils portent sur leur dos

lors des déplacements : un hamac en fibre végétale et quelques objets usuels.

|

A chaque destination, ils construisent de nouvelles huttes

avec des branchages et des feuilles de palme.

Chaque famille a son propre foyer.

Quand ils quittent le lieu, les Nukak brûlent toutes les huttes, « les malocas »

pour éviter de propager des infections dans la forêt.

|

La nourriture des Nukak se compose de poissons, de gibier,

de fruits, de légumes, d’insectes et de miel.

Ils chassent à la sarbacane et utilise le curare pour enduire leurs flèches.

|

"The Last Green Nomads"

|

Les Nukak croit que :

« La forêt est leur Mère nourricière »

et que

« Tout est digne d’être nommé et respecté ».

|

nukak-300x240

nukak1

nukak3-300x225

|

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

|

Publié dans NUKAK | Pas de Commentaire »

REGARD sur les MAKUXIS

Posté par tairrastrange le 23 février 2015

makuxi1.jpg

|

Les Makuxi vivent au Brésil dans le territoire de Raposa-Serra do Sol.

Ils sont à peu près 24 000 personnes.

|

Ce sont des chasseurs-agriculteurs-pêcheurs.

Ils vivent en montagne et élèvent du bétail.

|

REGARD sur les MAKUXIS  dans MAKUXIS makuxi-300x225

makuxi11-300x195 dans MAKUXIS  makuxi2-300x141

|

Ils croient qu’ils descendent des « enfants du soleil ».

|

makuxi7-300x199

Pendant la saison sèche, ils en profitent pour rendre visite aux autres villages

et réparent leurs maisons de bois, palmes et argile.

|

makuxi3-300x166

Leurs communautés  rassemblent des parents par mariage et par consanguinité.

Les membres d’une famille étendue chassent ensemble

mais chaque ménage cultive sa propre parcelle.

|

Image de prévisualisation YouTube

*

Publié dans MAKUXIS | Pas de Commentaire »

REGARD sur les DAYAKS

Posté par tairrastrange le 22 février 2015

dayak.jpg         

|

Image de prévisualisation YouTube

(Dayak en 1912)

|

Les Dayaks vivent à Bornéo.

|

Ils sont réputés pour leurs combattants courageux.

Ils sont aussi réputés pour être des chasseurs de têtes.

|

REGARD sur les DAYAKS dans DAYAKS dayakcrane

dayak3 dans DAYAKS

Les têtes qu’ils gardent en trophée sont obtenues par combat,

par sacrifice,par vengeance ou par volonté de puissance.

|

Apporter une tête, faisait également  partie d’un rituel imposé aux jeunes garçons

afin qu’ils prouvent, à la communauté, qu’ils étaient passés à l’âge adulte.

C’étaient souvent des femmes, des enfants et des vieillards désarmés

qui faisaient les frais de cette coutume.

|

dayak6

Les Dayaks sont de très habiles graveurs.

Ils décorent, de très fines gravures, leurs maisons, leurs masques,

leurs lieux de culte

et même les crânes de leurs ennemis gardés en trophée.

|

Ils pratiquent aussi l’art du tissage et l’art des perles.

|

dayak3

Les Dayaks, notamment les plus agés, portent souvent de lourdes boucles d’oreilles

pour en agrandir le lobe.

|

dayak8

dayak-199x300   dayak1-182x300

|

Ils aiment aussi les tatouages qu’ils arborent sur la tête et les pieds.

Le dessin de leurs tatouages a une signification secrète

connu seulement de celui qui le porte.

Comme les tatouages sur la gorge sont les plus douloureux et les plus dangereux,

ce sont surtout les vaillants guerriers et les familles très respectées qui les portent.

|

Publié dans DAYAKS | Pas de Commentaire »

REGARD sur les MASAÏ

Posté par tairrastrange le 22 février 2015

Image de prévisualisation YouTube

|

Les Masai (Massaï, Maasaï) vivent en Afrique de l’est,

au centre et au sud ouest du Kenya et au nord de la Tanzanie.

|

REGARD sur les MASAÏ dans MASAÏ masai10-300x219

Ce sont des éleveurs semi-nomades.

Leur population est estimée à près de 700000 personnes.

|

masai02-300x228 dans MASAÏ

Ils vivent dans des petites maisons circulaires temporaires

qu’ils construisent avec des branchages et de la bouse de vache.

|

masai03-300x228

Ce sont les femmes qui construisent les maisons.

Elles s’occupent aussi de la vie du village (repas, vêtement)

pendant que les hommes se chargent de la sécurité et du bétail.

|

Leur maison se construit toujours avec une pièce pour recevoir les invités,

une pièce principale où se trouve le foyer et les nattes pour dormir,

et une pièce pour les animaux.

Les Masaï ne possèdent pas de meubles.

|

masai05-300x223

Les maisons sont regroupés en cercle ceint d’une clotûre.  

Au centre, ils regroupent leur bétail.

Chaque famille possède une dizaine de boeufs, chèvres, moutons.

|

massai2.jpg

      massaitribu.jpg                   massai1                                    

CROYANCE MASAÏ

|

Les Masaï croient en un Dieu créateur unique et bienveillant :  Enkaï.

Celui-ci se manifeste à travers la pluie et le ciel.

Son épouse se nomme Olapa et c’est la lune.

|

Les Masaï ont un chef spirituel dans leur village, l’Aloiboni,

qui est l’intermédiaire entre le peuple et le Dieu Enkaï.

C’est aussi lui qui a la connaissance des plantes médicinales,

qui a la connaissance des arts divinatoires et de la magie.

|

massai

|

- La société Masaï est une société de type patriarcale.

Ce sont les plus anciens qui décident pour le groupe.

|

Les plus grands délivrent aux enfants la connaissance concernant les plantes,

les animaux, les usages et l’histoire de la tribu.

|

masa%C3%AF1-300x225

|

- Les garçons ne peuvent se marier qu’une fois devenus « guerriers adultes ».

Le mariage des filles se négocie souvent par les pères avant la naissance.

Les relations hors mariages sont considérées comme naturelles

et la structure familiale ne se fait qu’après la naissance du 1er enfant.

masa%C3%AF

|

Les filles n’ont droit qu’à un seul mariage et ne peuvent pas avoir plus de 10 enfants.

Les hommes peuvent se marier plusieurs fois.

|

masai2-300x225

-  L’alimentation des Masaï consiste surtout en laitages

et en sang (qu’il prélève sur leurs animaux sans les tuer).

1 bol de sang mélangé à du lait représente leur alimentation de base.

La viande est réservée pour certaines occasions, fêtes ou cérémonies).

Ils mangent également des plantes, des racines et des écorces.

|

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

*

Publié dans MASAÏ | Pas de Commentaire »

REGARD sur les YAGUAS

Posté par tairrastrange le 21 février 2015

yagua

|

Les Yaguas vivent dans la forêt amazonienne.

Ils s’installent toujours sur les berges de petits torrents

ou de rivières à l’intérieur des terres.

|

Ils vivent dans des huttes faites de bambou et de palmier.

Le plancher se trouve à même la terre ou

recouvert d’écorce de cashapona.

|

La case commune qui regroupe jusqu’à 10 familles s’apelle  « cocamero ».

|

REGARD sur les YAGUAS dans YAGUA yaguanatives

Les Yaguas mangent du singe fumé,

du manioc, de l’igname, des patates, des bananes,

des fruits, des racines et du miel.

Mais leur alimentation de base est surtout composé de masato et de viande.

|

Recette du masato :

broyez du manioc (ou des bananes mures) pour en faire une pâte.

Passez -la sur un tamis de fibre.

Prenez-en une bouchée et imprégnez-la de salive.

C’est ce qui permettra la fermentation.

Déposez dans une urne, laissez fermenter 2 jours.

Le 3ème jour vous pouvez consommer.

|

yagua-300x203 dans YAGUA

yagua2-300x209  yagua3-300x183

|

- La société Yagua est basé sur « le clan »,

qui représente l’unité sociale et religieuse.

|

- Ils ont un chef pour s’occuper des affaires civils

et un shaman pour s’occuper des affaires spirituelles.

|

- Leur société est patriarcale.

|

yagua01-155x300|

Vie familiale

|

Toute demande en mariage se fait par  le père du prétendant.

C’est lui qui va demander la main de la jeune fille.

Si l’accord se fait, toute la tribu fait une fête

et le fiancé peut aussitôt partir avec la jeune fille.

|

Pour la naissance d’un enfant,

la femme se retire dans la forêt toujours près d’un cours d’eau.

Elle se positionne assise ou agenouillée, et accouche  seule.

Elle baigne aussitôt son bébé, le lave et retourne ensuite chez elle.

|

Les hommes pratiquent la « couvade ».

Quand la femme sent les premières douleurs,

le mari se couche 2 jours dans le hamac et imite les douleurs de l’enfantement.

|

yagua02-300x225

 Éducation des enfants

|

Jusqu’à 5 ans, les enfants apprennent tous les cris d’animaux 

puis ils apprennent à tuer à la sarbacane,

avant d’être laissés seuls, une nuit, dans la forêt pour apprendre à  vaincre la peur.

Ils ne retournent chez eux que s’ils ont tués un oiseau.

|

yagua03-199x300

L’étape suivante de leur éducation consiste à apprendre à grimper aux arbres

en même temps qu’à connaître la vie et les coutumes des oiseaux.

C’est aussi l’époque où ils apprennent à faire des colliers.

|

A 10 ans, les enfants peuvent participer à leur première grande chasse avec des hommes.

A 13 ou 14 ans ils sont déclarés aptes au mariage

seulement s’ils ont prouvé qu’ils étaient capables de subvenir aux besoins d’une famille.

|

yagua4  yagua5-129x300  yagua6-121x300

yagua8-80x300  yagua7-300x138  yagua9-99x300

|

Image de prévisualisation YouTube

(danse de bienvenue)

|

Image de prévisualisation YouTube

|

Publié dans YAGUA | Pas de Commentaire »

REGARD sur les MAYORUNAS

Posté par tairrastrange le 21 février 2015

Image de prévisualisation YouTube

|

REGARD sur les MAYORUNAS dans MAYORUNAS MATSE-263x300

MATSE1-300x228 dans MAYORUNAS  MATSE2-300x199

|

Les Mayorunas ou Matses

vivent en Amazonie

entre le fleuve Jivari et les rivières Galvez.

|

mayoruna1-300x195

Leur langue est le matsé

Ils vivent de chasse et de cueillette.

Ils utilisent l’arc et les flèches.

|

Leur premier contact avec la civilisation date de 1969

|

mayorunas-300x221

Ils sont animistes

et ne font pas de distinction entre le physique et le spirituel.

Les esprits sont partout

mais ce sont les esprits des animaux qui prédominent.

Ce sont eux qui donnent la santé et le succès à la chasse.

Ils ont d’ailleurs beaucoup de tabous pour les espèces animales.

Chaque plante est associé à un esprit animal.

|

Leur société est polygame.

|

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans MAYORUNAS | Pas de Commentaire »

REGARD sur les HUITOTOS

Posté par tairrastrange le 20 février 2015

204huitotos.jpg

|

Les Huitotos vivent en Amazonie

dans le bassin de l’Ampiyacu et de l’Yahuasyacu.

|

Ils sont réputés pour être querelleurs et assez agressifs.

Cela vient sans doute de leur passé « cannibale ».

|

REGARD sur les HUITOTOS dans HUITOTO huitoto5-300x224

Ils vivent dans des cases surélevées qui n’ont pas de murs

et dont le plancher est recouvert d’écorce.

|

huitotos-6-300x236 dans HUITOTO

Leur alimentation est à base de maïs et de gros vers, les « mocovi »

qu’ils trouvent dans le tronc pourri de palmiers.

Leur pain quotidien, le « cassave », est à base de manioc.

Leur boisson habituelle, la « cahuana » est à base d’amidon de maïs.

|

Ils cultivent aussi le manioc, l’arachide, le piment, la patate, l’ananas, la banane.

|

huitoto4-300x224

|

Les hommes et les femmes Huitotos ont des rôles bien définis dans la société.

Les hommes sont chargés de défricher la forêt,

de chasser et de pêcher.

Les femmes sont chargés du brûlage de la brousse,

des semailles, de récolter

et de transporter les récoltes du champ jusqu’à leur hutte,

de la protection des petits,

de faire les peintures corporelles et de décorer les objets.

|

huitoto

La société Huitoto est de type patriarcale.

|

Chaque clan s’identifie à un animal ou à une plante

dont il prend le nom, comme par exemple, le clan des « Erayas »

qui veut dire clan des ours familiers.

|

huitoto1  huitoto3-300x193

|

- Les Huitotos ont une étrange coutume

qui veut qu’après toute fête, ils se font vomir en ingérant des herbes bien spécifiques.

Ils renvoient tout ce qu’ils ont ingéré.

|

- Le tabac a une grande  importance chez eux.

Il sert de trait d’union entre les divers chefs qui s’envoient de   »l’apiri » 

pour signifier qu’ils veulent se rencontrer.

Si le chef qui le reçoit accepte l’offre il doit lécher la pâte de tabac.

S’il ne le fait pas cela est considéré comme une manifestation d’hostilité.

|

- L’apiri, la pâte faite de jus de tabac et de sel,

est aussi apprécié comme friandise même si sa consommation

peut les mettre en état d’ébriété parfois.

|

huitoto2

|

- Quand une femme doit accoucher, elle a l’obligation de se rendre dans la forêt.

Il lui est interdit de mettre un enfant au monde dans le village ou dans sa maison.

|

- Le père pratique la couvade lors de la période d’accouchement.

Il se met dans son hamac et simule la grossesse.

|

- Les jeunes filles Huitotos doivent subir une étrange cérémonie

lors de leurs premières règles.

Elles sont  enfermées dans un petit réduit tapissé d’épines pendant un jour et une nuit.

Durant ce temps elles doivent sans arrêt travailler à faire des cordes de chambira.

Le jours suivants, la jeune fille est sorti de « son trou »,

les femmes la parent  d’une couronne de plumes bleues et noires sur la tête,

d’une ceinture de plumes multicolores sur le ventre

et la peignent de motifs rituels . 

Elle doit, ensuite, danser sans s’arrêter avec les jeunes garçons de l’assistance

et boire de la cahuana pour prouver son endurance et sa bonne constitution.

Vient ensuite le moment où le shaman lui souffle des orties sur le corps

et la fouette avec une couleuvre afin qu’elle devienne plus grande

(la grandeur est un critère de beauté chez eux).

Après cette cérémonie, elle est déclarée apte au mariage.

|

- Lorsqu’un jeune homme veut se marier, il doit déposer un petit sac de tabac

devant la case des parents de la jeune fille

et s’en aller sans dire un mot.

Si la demande est acceptée, donc si le tabac est pris,

le garçon devra en déposer un plus grand sac

et ainsi de suite jusquà une quatrième fois où, là,

il pourra discuter du mariage avec le père .

- Avant de pouvoir se marier les jeunes gens doivent prouver

qu’ils sont aptes à assumer les besoins d’une famille.

|

- Il est strictement interdit aux Huitotos de montrer du doigt un arc-en-ciel

sinon, pensent-ils, un serpent leur mangera le doigt.

|

Ils doivent toujours le montrer avec le coude.

|

CROYANCE

|Le Dieu des Huitotos s’appelle Yutinamui.

Il vit seul dans le ciel.

Il est le grand Dieu de l’orage et de l’agriculture.

Il est le père du ciel et de la terre, le père du soleil et de la justice.

|

Dans la mythologie Huitoto, il y a deux périodes.

La première, c’est celle de l’obscurité

où il n’y avait pas de soleil, de lune, de plantes

et où les hommes étaient semblables aux animaux et mangeaient de la terre.

La deuxième période c’est la période de la clarté

où un héros venu du soleil leur a apporté la lumière

et les semences des plantes alimentaires.

|

Le shaman est l’homme de la tribu qui sert de contact avec Dieu,

qui demande la pluie, la guérison, la protection pour la tribu.

|

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

*

Publié dans HUITOTO | Pas de Commentaire »

REGARD sur les MAWKENS

Posté par tairrastrange le 20 février 2015

mawken12.jpg  mawken11.jpg

|

- Les Mawkens ou Moken ou Morgan

vivent au sud  de la Malaisie

jusqu’au-delà de la frontière du Myanmar.

|

 AWKEN veut dire « eau salée ».

|

En Indonésie, ils sont aussi appelés

Chao ley qui veut dire gens de la mer

ou Chao nan qui veut dire gens de l’eau.

|

Ils sont entre 2000 et 3000 personnes.

|

REGARD sur les MAWKENS dans MAWKENS mawken1

 Ce sont de nomades de la mer qui vivent principalement sur des bateaux

qui leur servent de moyen de transport, de cuisine,

de chambre et offre même un espace salon.

Ils se déplacent vers le sud en période de mousson,

de mai à septembre,

et vers le nord, d’octobre à mars.

|

MAWKEN-300x179 dans MAWKENS

- Ce sont des chasseurs-cueilleurs de la mer.

Ils chassent le poisson et cueillent des coquillages.

|

mawken2-300x224

Ils peuvent plonger jusqu’à 25 ou 30 mètres.

|

Image de prévisualisation YouTube


*

Publié dans MAWKENS | Pas de Commentaire »

REGARD sur les DINKAS

Posté par tairrastrange le 19 février 2015


dinka7.jpg    dinka71.jpg  

|

Les Dinkas vivent au sud du Soudan.

Ils sont à peu près 2 000 000.

|

Ils parlent la langue Nuer.

Dans leur langage, Dinka veut dire « hommes ».

|

Ce sont des éleveurs.

Ils tirent leur subsistance uniquement de leur cheptel.

C’est leur unique richesse et leur monnaie d’échange.

|

Le bétail leur donne le lait, le beurre, le ghee…

|

L’urine des animaux est utilisée pour le lavage des cheveux,

Les colorations et le bronzage.

Les autres excréments servent de combustible.

|

La peau des animaux sert aussi à faire des nattes, des tambours,

des ceintures, des cordes…

|

Chaque tribu vit au rythme de son bétail

et se répartit toujours sur un territoire assez grand pour lui fournir eau et pâturage.

|

dinka44.jpg    dinka2.jpg

|

Il n’y a pas vraiment de structure d’autorité chez les Dinkas,

mais chaque tribu élit un chef qui sera chargé de régler les conflits

en offrant  à chacun un espace de discussion et de résolution des problèmes.

Chaque conflit se règle en public.

|

Deux choses sont très importantes chez les Dinkas :

le bétail et la parenté.

|

Tout homme doit pouvoir citer le nom de ses ascendants sur 20 générations.

Chaque homme doit aussi produire un fils s’il veut devenir un « ancêtre »

et ne pas être oublié de la tribu.

|

La naissance de filles est cependant bien acceptée

et même célébrée puisque, grâce à elles,

la famille pourra s’enrichir par la dot du mariage.

|

Lorsque les jeunes filles sont en âge de se marier,

elles portent des sortes de corsets de perles où, par un jeu de motifs,

les parents indiqueront le nombre d’animaux qu’ils veulent recevoir du futur époux.

A cette époque, les parents essaient toujours de faire grossir les filles

pour les rendre plus désirables et augmenter ainsi les têtes de bétail à recevoir.

|

Les hommes Dinkas portent, eux aussi, de magnifiques corsets de perles.

Leur couleur indique l’âge et le statut de celui qui le porte.

Des perles rouges et noires indiquent que le jeune homme a entre 15 et 25 ans.

Des perles jaunes indiquent qu’il a plus de 30 ans.

|

dinkasunset.jpg

|

Aucun jeune homme Dinka ne peut se marier

avant d’avoir subi l’initiation du « déclenchement ».

C’est une cérémonie où il passera du stade de l’enfant au stade d’adulte et de guerrier.

Après cette cérémonie,  il n’aura plus à faire le travail habituellement réservé aux enfants :

la traite, la garde du bétail, le transport du fumier…

Il deviendra un gardien guerrier.

Son rôle sera alors de garder et de protéger le camp contre tous les prédateurs,

animaux ou humains.

Entre 10 et 16 ans, les garçons sont rassemblés pendant une nuit

pour chanter toutes les chansons de leur clan.

A l’aube, leurs parents les emmènent au lieu prévu pour la cérémonie où,

après bénédiction, ils devront, se tenant dos au soleil levant,  

réciter à l’initiateur tous les noms de leurs ancêtres.

Viendra ensuite l’épreuve de la scarification,

plusieurs lignes ou signes seront tracés sur le front.

Aucun n’a pas le droit de crier durant l’épreuve.

S’il crie, il portera la honte sur toute sa famille, sur ses ancêtres,

et se verra affubler d’un repli dans ses cicatrices,

ce qui le stigmatisera pour toujours aux yeux du clan.

Après cette cérémonie, le jeune homme qui aura prouvé sa bravoure

recevra en cadeau des boeufs

et pourra alors penser à se marier.

|

 dinka.jpg    dinka13.jpg

dinka1.jpg

|

Les Dinkas sont animistes.

Ils appellent le créateur Nhialic.

C’est lui qui a créé toutes choses et qui préside aux destins de chaque humain,

de chaque animal, de chaque chose sur la Terre.

Il y a un Dieu du ciel, de la pluie, de la fertilité.

Il le nomme Deng ou Dengdit.

La mère de Deng s’appelle Abuk.

Elle est la déesse du jardinage et des femmes.

|

dinka9.jpg   dinka5.jpg

|

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

*

Publié dans DINKAS | Pas de Commentaire »

REGARD sur les BUSHMEN du Kalahari

Posté par tairrastrange le 19 février 2015

 

buschmann.jpg    bushmanman.gif

|

Les Bushmen sont les plus anciens habitants de l’Afrique australe.

Ils y vivent depuis plus de 20 000 ans.

|

Les Bushmen regroupent plusieurs peuples :

es Soaqua, les Kung, les Khwe, les Gwi (ou San).

|

Ils sont à peu près 50 000 répartis au Botswana et en Namibie.

|

1323485bushmen300.jpg 

|

Les Bushmen sont des chasseurs ceuilleurs.

|

Ils chassent surtout l’antilope

et cueillent les racines et les tubercules qu’ils trouvent dans le désert.

|

Ils savent vivre sans avoir accès à l’eau en permanence.

Dans le désert du Kalahari l’eau ne  se trouve que dans les racines

et les tubercules de certaines plantes.

|

Les Bushmen  conservent l’eau dans des coquilles d’oeufs d’autruche

qu’ils enterrent secrètement à des endroits qu’ils seront seuls à retrouver.

|

Les Bushmen savent reconnaître plus de 150 variétés de plantes.

|

bushmen1.jpg  

|

Les Bushmen sont souvent de petite taille, environ 1.50 m.

Leur langage a la particularité de comporter 6 clics différents.

|

bushmancentralkalahari.jpg  pbushman.jpg

 

                                     bushmanwoman.gif

 

bushmanfamilyb1.jpg

bushmen11.jpg

|

Particularité bushmen :  l’arc d’amour.

Quand le jeune homme a réussi sa première chasse,

il est autorisé à confectionner un petit arc de 12 cm

dans la corne de l’animal qu’il a tué.

Une fois son travail accompli, il peut penser à chercher une femme pour l’épouser.

Muni de cet arc, il se rend dans un autre clan bushmen

et vise les fesses de la jeune fille qu’il a choisi.

Si en retour elle brise la flèche ou la jette cela veut dire qu’elle refuse l’offre.

Si elle rapporte la flèche c’est qu’elle accepte de se marier.

(Dans certains clans la flèche est seulement envoyée dans la case)

Le couple formé  vivra alors pendant une année dans le clan de la jeune fille 

où l’homme devra remettre tous les produits de sa chasse à ses beaux-parents.

|

 

bushmendance2.jpg

|

La danse et la musique

sont des formes d’expression très importantes pour les Bushmen.

Ces deux arts agissent comme  le ciment social,

religieux et rituel de leur société.

|

- Lorsque des dissensions apparaissent dans un groupe

le clan exécute alors la « danse spéciale de la guérison »

pendant laquelle les animosités et les querelles disparaissent

pour revenir à de meilleurs sentiments.

|

 D’autres danses, celle de l’éléphant, celle de la girafe,

se pratiquent chaque soir devant le feu.

|

 Parfois des danseurs tombent en transe

et accomplissent l’exploit de marcher sur les braises,

de plonger leur visage dans le feu

sans qu’aucune trace de ces actes n’apparaisse le lendemain matin.

|

Les ainés Bushmen adorent raconter des histoires.

C’est d’ailleurs leur privilège et c’est ainsi qu’ils créent le lien

entre la vie des anciens et les nouvelles générations.

|

bushmandance.jpg

bushmanstalkingpairjourn.jpg      

|     

Les Bushmen sont d’excellents chasseurs et d’excellents piégeurs.

Ils fabriquent leurs pièges avec de la ficelle et des cordes

faites en fibre de Sanseviera.

Pour tuer, ils enduisent leurs flèches d’un poison violent f

ait avec de l’euphorbe virosa (ou de l’euphorbe damara)

et avec une certaine larve prélevée dans les arbres Marula.

Le rituel veut que les flèches non empoisonnées soient rangées

pointes au-dessus dans le carquois

et les flèches empoisonnées pointes en bas.

Les hommes chassent surtout l’antilope.

Ils avancent en silence dans la savane et ne communiquent que par signes.

La chair des proies tuées est équitablement partagée entre les chasseurs.

|

Rituel avant le départ de la chasse :

La femme doit entailler le front de l’homme qui part

et doit poser sur la plaie un mélange d’herbes et d’épices qui sera ensuite brûlé.

Les flèches d’un  »arc magique » sont toujours envoyées aux quatre points cardinaux 

avant le début d’une chasse pour que celle-ci soit fructueuse.  

|  

       bushmen6.jpg             bushmenhunter.jpg

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

*

Publié dans BUSHMEN | Pas de Commentaire »

1...89101112
 

esaiennes-en-vadrouille |
Moaa |
Massesta In The EIRE |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | LES GRANDS ESPACES
| La Reunion
| Ma vie en Russie