• TERRE …

    TERRE …

  • CHACUN Y A SA ROUTE

    CHACUN Y A SA ROUTE

  • CHACUN Y A SON CHEMIN

    CHACUN Y A SON CHEMIN

  • DIVERSITE EST LE MONDE

    DIVERSITE EST LE MONDE

  • DIVERSITE EST L’HUMAIN

    DIVERSITE EST L’HUMAIN

  • N’OUBLIONS PAS D’OU NOUS VENONS

    N’OUBLIONS PAS D’OU NOUS VENONS

  • ET TOUTES VIES RESPECTONS

    ET TOUTES VIES RESPECTONS

  • Catégories

  • VOYAGER

    ____________________________________________________

    "QUE L'ON RÊVE OU

    QUE L'ON S’ÉVADE

    EN IMAGINATION,

    LE VOYAGE EST

    ACCESSIBLE À TOUS."
    _____________________________________________________

  • DEPART

    ____________________________________________________

    "UN DÉPART

    DE 1000 LIEUES

    COMMENCE TOUJOURS

    PAR UN

    PREMIER PAS."

    ____________________________________________________

  • DECOUVERTE

    ___________________________________________________

    "LE VÉRITABLE VOYAGE

    DE DÉCOUVERTE

    NE CONSISTE PAS

    À CHERCHER

    DE NOUVEAUX PAYSAGES

    MAIS À AVOIR

    DE NOUVEAUX YEUX."

    ______________________________________________________

  • Pages

LES BISHNOÏS

Posté par tairrastrange le 9 octobre 2018

Image de prévisualisation YouTube

« Les Bishnoïs (hindi : बिश्नोई), ou Vishnoï

(de bish, « vingt » et noï, « neuf » en rajasthani,

sont les membres d’une communauté vishnouïte surtout présente dans l’État du Rajasthan,

majoritairement dans les régions de Jodhpur et de Bîkâner,

et dans une moindre mesure dans l’État voisin de l’Haryana en Inde.

Elle a été créée par le guru Jambeshwar Bhagavan, appelé communément Jambaji (1451-1536).

|

Les Bishnoïs sont des hindous vaishnav qui suivent vingt-neuf principes édictés par leur gourou.

Ils se caractérisent par leur végétarisme, leur respect strict de toute forme de vie (non-violence, ahimsâ),

leur protection des animaux et des arbres, leur tenue vestimentaire particulière.

On les définit souvent comme ayant une forte conscience écologique.

|

Les Bishnoïs vivaient paisiblement dans des villages isolés loin des centres de peuplement,

mais depuis une dizaine d’années, ils sont de plus en plus nombreux à vivre en ville.

Ils seraient environ 700 000 dans l’ouest de l’Inde.

Ce sont les rares hindous à enterrer leurs morts, du fait du bois vert (venant d’un arbre vivant, non mort)

qu’il faudrait couper pour la crémation

|

Image de prévisualisation YouTube

La gazelle indienne, ou chinkara (Gazella bennettii), est particulièrement vénérée par les Bishnoïs,

leur maître Jambeshwar Bhagavan ayant déclaré qu’il se réincarnerait indéfiniment en chinkara

après sa mort.

La présence de la chinkara signale souvent un village ou un temple proche de la communauté,

où on la trouve communément déambulant en toute confiance entre les maisons.

Il arrive souvent encore de nos jours que les femmes bishnoïes allaitent les faons orphelins de cette espèce

ou de l’antilope cervicapre qui est également un animal caractéristique du désert du Thar,

où vivent de nombreux membres de la communauté bishnoïe. »

(source wikipedia)

|

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Laisser un commentaire

 

esaiennes-en-vadrouille |
Moaa |
Massesta In The EIRE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | LES GRANDS ESPACES
| La Reunion
| Ma vie en Russie